LES SOLUTIONS ÉCOLOGIQUES POUR DES LIVRAISONS DE REPAS ZÉRO DÉCHET

Posté sur2 années auparavant
Aimer2

La livraison de repas à domicile zéro déchet est en passe de devenir la norme. Les barquettes plastiques, les emballages en carton et les bouteilles en plastiques sont dans le collimateur du gouvernement pour la quantité de déchets qu’ils génèrent. D’après le ministère de la transition écologique et solidaire le nombre de repas livrés en 2018 dépasse les 200 millions. Un chiffre en croissance constante qui, à ce rythme, se traduit par une véritable catastrophe écologique et des déchets ménagers sans précédent.

Il devient d’autant plus important de trouver des solutions pour remédier à cette masse d’emballage à usage unique car la gestion des déchets devient impossible. Le traitement des déchets est un réel enjeu environnemental, sachant que l’Europe exporte des milliers de conteneurs avec nos déchets à recycler vers l’Asie et l’Afrique.

Brune Poirson a annoncé la couleur le 1e Juillet 2020 en exigeant des propositions d’ici 3 mois pour permettre aux livraisons de repas de passer entièrement au zéro déchet. Quand on connaît la quantité de repas, d’acteurs à inclure et le puissant syndicat de la restauration, c’est une mission pour le moins ambitieuse. Quoi analyser, comment faire, quelles sont les solutions concrètes qu’il faudrait mettre en place. Prenons le temps d’approfondir les chiffres de la livraison de repas pour plus efficacement proposer des solutions pour rendre la livraison de repas zéro déchet et éviter le gaspillage d’emballages actuel.

Les livraisons de repas en chiffres

Afin de mieux comprendre le phénomène de la livraison de repas il faut s’armer de plusieurs chiffres. Pour savoir le nombre d’emballages dont nous parlons, nous allons mettre en exergue le montant moyen d’une commande par rapport au prix moyen d’un plat. La division de ces deux montant nous indiquera le nombre moyen de repas commandé à chaque commande.

Suite à une étude quantitative réalisée par Creatests en 2017 sur les montants de commandes des plats en livraison, il en revient qu’une commande moyenne par repas est de 26,10€.

Graphique des dépenses pour une commande d'un repas en livraison

En comparaison, le site numbéo (site collaboratif de données moyennes de prix dans le monde) nous indique que le prix moyen d’un plat commandé en restaurant standard en France est de 13€. Ces données étant collaboratives, et par souci de conscience, nous allons ajouter 15% à ce prix pour ne pas sous-évaluer le montant du nombre d’emballages par commande.

En prenant ces deux informations, on en revient à comprendre qu’en moyenne une commande de repas livrée est destinée à 1,75 personnes (26,1€ / (13*1,75)). Ce multiplicateur est à appliquer aux nombres de commandes réalisées, pour connaître le nombre d’emballages concernés. Un indicateur puissant qui révèle que les livraisons de repas représentent à minima 350 millions d’emballages annuelles utilisés qu’une seule fois. Sachant que ce montant est en constante croissance, le tonnage de déchets évitables est une pression supplémentaire sur nos ressources naturelles. Les ordures ménagères débordent et imposer une démarche zéro waste pour diminuer la quantité de déchets est inévitable.

Kantar a réalisé en 2019 une étude dotée de nombreux indicateurs :

  • 29,2% des foyers commandent au moins une fois par an des livraisons de repas
  • 6% des foyers utilisent une plateforme de livraison pour se faire livrer un repas
  • La pizza est le plat le plus plébiscité (26%) devant les plats asiatiques et fastfood
  • 49% des clients ont moins de 35 ans
  • 80% des clients sont dans des villes de plus de 200.000 habitants

A chaque type de plat livré sa problématique

Chaque type de repas a sa propre problématique d’emballage. Pour une pizza on n’utilise pas le même type d’emballage qu’un plat de sushi, qui lui, sera encore différent d’un kébab. De ce fait, il devient important d’apporter à chaque filière une solution zéro déchet propre à ses plats pour être entièrement éco-responsable et éviter que nos déchets de repas commandés finissent à la poubelle.

1. Les Pizza

La pizza est le repas le plus plébiscité en commande. Orienter les pizzas vers des emballages zéro déchet résoudrait une grosse partie de l’équation. Les pizzas sont toujours emballées dans des boites carrées en carton non recyclables. Pour les pizzerias une double problématique se présente pour atteindre le zéro déchet.

Bien que le carton soit compostable, il n’est pas réutilisable et donc se transforme en déchet. Par ailleurs, un carton d’emballage de pizza est systématiquement souillé par des tâches de graisse et n’est donc plus valorisable. Autre problématique, la très large majorité des cartons de pizzas contiennent des composés perfluorés (PFC). Accusés d’avoir des effets de perturbateurs endocriniens, ils sont ajoutés par les industriels pour rendre les emballages étanches à l’eau et aux graisses, mais surtout résistants à la chaleur. En somme, il est complètement impossible de continuer avec les emballages utilisés, si l’on veut atteindre le zéro déchet en matière de livraison de repas.

2. Les plats Orientaux (sushis, cuisine chinoise, indienne, poké bowl, etc.)

Un repas sur six est de type oriental et est quasi systématiquement servi en barquette plastique ou en polystyrène expansé (PSE). Les emballages en carton sont très minoritaires et sont tous dotés d’un couvercle en plastique à usage unique. L’emballage en entier est à remettre en cause. Ces plastiques n’ont qu’une durée de vie de moins d’une heure pour une dégradation de plus de 400 ans, sans compter la pollution des sols qu’ils engendrent. De plus, l’épisode sanitaire de 2020 fait que les emballages sont en plus enrobés de plastiques supplémentaire. Ces plastiques à usages uniques doivent être bannis et remplacés par des emballages réutilisables.

3. Le Fastfood

Bien que cela représente qu’une petite partie des repas en livraison (1 repas sur 20 environ), il ne faut pas négliger les commandes prises à emporter dans ces restaurants directement. Leurs emballages sont en carton fin, papier et plastique (pour les sauces à salade) et leurs gobelets en carton sont imprimés d’un léger film plastique étanchéifiant. Ces chaines présentent l’avantage d’être structurées et qu’une décision du siège sera imposée à tous les restaurant d’un coup (la preuve de la paille en plastique qui a disparu au profit d’un couvercle en carton à ouverture pour boire sa boisson). Trouver la bonne formule d’emballage zéro déchet aura de fait un impact fort, également sur tous les repas à emporter et ceux qui sont mangés sur place.

Pour les repas pris sur place, un tri dans les restaurants devrait être imposé. Cela permettrait de mieux recycler ce qui peut l’être et participerait à la prévention des déchets qui finirait inéluctablement dans les déchetteries.

4. Les Kébabs, Paninis et Sandwichs

Kébabs, frites et parfois les paninis sont emballés dans des PSE (Polystyrène expansé), là ou généralement les sandwichs sont emballés dans un sachet papier comme pour une baguette. Les polystyrènes expansés sont un véritable fléau pour l’environnement car ils arrivent systématiquement dans les océans ou les poissons les confondent avec de la nourriture. Cela fini par les tuer pour obstruction de leur estomac. L’alternative à trouver doit être radicale car ils n’ont plus leur place dans un monde respectueux de la vie.

5.Les boissons chaudes et soupes

Comme pour les autres boissons, nous retrouvons ici un conditionnement en carton vêtu d’un film en plastique pour l’étanchéifier. De surcroit, le couvercle est en plastique, et non en carton. Ceci pour éviter que l’emballage n’absorbe le liquide et d’assurer qu’il ne se déverse lors du transport.

Ayant vu l’ensemble des types d’emballages, il devient plus clair quant aux solutions à apporter. On notera que les restaurateurs et points de ventes devront être invités aux changements à effectuer, car ce sont avant tout eux qui seront impactés.

Les solutions pour des livraisons de repas zéro déchet entre minimalisme et la consigne à grande échelle !

En regroupant les différentes informations nous constatons que les acteurs qui seront impactés sont éclatés. Chaque point de vente devra adapter sa méthode de conditionnement et d’emballage. Les déchets verts ne sont pas une option compte tenu de la quantité, nous devons privilégier les emballages totalement. Comment ? Voici selon nous les solutions les plus efficaces en termes de livraison de repas zéro déchet :

Comment rendre les couverts en livraison repas zéro déchet

Les applications de livraisons proposent déjà l’option de pouvoir refuser les couverts lors d’une commande. Toutefois nous nous proposons d’aller plus loin et de les rendre payants. Un minimum de 1€ pour acheter les couverts devrait être mis en place. Cela fait augmenter la facture d’environ 5% et pourrait être suffisamment dissuasif pour que tout le monde prenne l’habitude d’utiliser ses propres couverts. Un gain substantiel en bois, bambou et papier !

Comment faire pour transformer les emballages de boissons en zéro déchet

Premier polluant plastique au monde, les bouteilles en plastique doivent être supprimées des commandes et ne plus être livrées. Nous proposons que les boissons à la livraison ne soient conditionnées qu’en verre et qu’elles soient consignées. Le client devrait pouvoir rendre les bouteilles dans n’importe quel restaurant et bénéficier d’un avoir ou d’un remboursement en liquide ou bien sur l’application directement. A défaut, s’il veut la trier et la jeter, la filière du recyclage du verre est très bien structurée en France, cela éviterait un grand nombre de bouteilles en plastique dans les poubelles.

Supprimer les serviettes en papier

Les serviettes en papier sont une part négligeable de l’ensemble des déchets mais demeurent en quantité colossale. Disposer de son propre mouchoir n’est pas encore une habitude ancrée, bien qu’elle mériterait à exister. Nous proposons de rendre la serviette optionnelle dans les applications et d’obliger que toutes les serviettes soient faites à partir de papier recyclé et composées de papier uniquement.

Les emballages pour plats chauds et froids à emporter doivent être réutilisés

Pour atteindre l’objectif zéro déchet en matière d’emballage de repas, il n’y a pas d’autre choix que d’utiliser des emballages entièrement réutilisables. Un système de consigne devrait voir le jour. A chaque achat l’emballage est payé, puis une fois rapporté en point de vente, le client récupère sa consigne sous forme d’un code pour l’application ou bien en liquide directement. La différence réside dans le traitement et le nettoyage des emballages qui viendra forcement s’incrémenter au prix du repas.

La consigne d’emballage repas n’est pas nouvelle, mais est encore loin d’avoir atteint son potentiel. Créer le réseau de récupération est tout un travail à mettre en place, mais sera bénéfique pour d’autres filières. D’autant que les retombés écologiques et économiques seront au rendez-vous. Un système de bonus/malus pour dynamiser les points de ventes pourrait être mis en place pour soutenir les points ventes physiques à la récolte des emballages. Les restaurants ne disposant pas de points de ventes (comme les dark kitchen) ne pourraient se voir déposer les emballages réutilisables par les clients. Ils ne pourraient ainsi pas les réutiliser directement après les avoir nettoyés, mais en plus devraient se les faire livrer.

Toute une gestion à mettre en place, mais très loin d’être impossible, car cela existe déjà partiellement avec des sociétés comme GreenGo Store. Des bornes de récupération des emballages réutilisables pourraient par exemple être implantées dans les très nombreuses superettes et supermarchés pour faciliter la collecte, le nettoyage et la redistribution après.

Pouvons-nous rendre la livraison de repas zéro déchet ?

Imposer le zéro déchet sur les repas en livraison est possible. De notre point de vue, c’est même une obligation. Les repas livrés concernent avant tout les zones denses en villes. De par les modes de vie toujours plus rapides, ou le manque de temps pour cuisiner est croissant, le phénomène de la livraison de repas ne cessera de croître. Les déchets générés continueront d’alourdir une facture environnementale déjà désastreuse. Les solutions à mettre en place ne sont pas compliquées et existent déjà. La complexité est de changer de dimension. La consigne sur les emballages de repas zéro déchet ne concerne qu’une petite partie des acteurs aujourd’hui. Passer d’une poignée de restaurants équipés, à la France entière est un défi élevé. Toutefois, cela pourrait permettre de faire naître une vraie filière durable et écologique dont nous bénéficierons tous.

Être pionnier au niveau d’un pays dans la livraison de repas en zéro déchet serait non seulement enthousiasmant mais procurerait de retombés économiques positives substantielles. La France n’est pas le seul pays où la livraison de repas va croissante et apporter une solution globale et industrielle en matière de zéro déchet pour la livraison de repas, serait un signal fort pour la réussite de la conservation de notre planète.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Vous pourriez aussi aimer :
Articles liés
Laissez un commentaire
Laisser une réponse

Paramètres

Partager

Menu

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter

Veuillez d'abord vous connecter

Se connecter